• Quelques pensées sur le 8 mars

    Le 8 mars 2017, ça fera 40 ans que la Journée Internationale des Droits des Femmes existe. Cette journée extrêmement importante a perdu de sa valeur symbolique et militante au fil des ans pour devenir une vulgaire fête commerciale. Cogitons un peu sur le 8 mars.

    Quelques pensées sur le 8 mars

     

    J'annonce direct la couleur : je n'irai pas avec le dos de la cuillère. Ça fait 40 ans maintenant que le 8 mars est consacré à la remémoration des luttes des femmes pour leurs droits, mais cette journée ne veut plus rien dire maintenant. D'abord, remettons-nous dans le contexte, le 8 mars, c'est quoi, pourquoi?

     

    Selon le site 8mars.info, le 8 mars a été officialisé par l'ONU en 1977 afin de célébrer les batailles des femmes pour l'égalité entre les genres. Cependant, dès 1910, l'idée trottait dans la tête d'une certaine Clara Zetkin lors de la conférence internationale des femmes socialistes, et c'est une petite (grande) révolution. La date n'est fixée qu'en 1917 avec la grève des ouvrières de Saint Pétersbourg. La tradition du 8 mars se met en place. Quelques années avant, en 1911, un million de femmes manifestaient en Europe pour leurs droits et les femmes allemandes réclament le droit de vote en 1914. Le premier à "officialiser" la date du 8 mars comme journée des Femmes est Lénine (ouioui, sisi vous avez bien lu), en 1921

    c'est elle Clara Zetkin

    Après deux Guerres mondiales les femmes françaises ont en eu assez aussi de se faire traiter comme de la merde alors tout s'enchaîne rapidement et dès 1944, le premier pas de géant est fait : les françaises obtiennent le droit de vote. Rappelons quand même qu'en 1804, notre bon pote Napoléon Bonaparte, Premier Consul de France de son état promulgue le Code Civil des Français (vous avez toujours bien lu, françAIS) où il est écrit à l'article 1124 (ça en fait des articles) que les personnes privées de droits juridiques sont les mineurs, les femmes mariées et les débiles mentaux.

    Il faut donc attendre 1944 pour que les Suffragettes puissent mettre leur premier bulletin dans l'urne l'année suivante. D'ailleurs, on attendra jusqu'en 1945 pour que la notion (et je dis bien, la notion) de salaire féminin soit supprimée, 1946 pour que les premières sénatrices officient au Sénat,  1954 pour que les femmes puissent disposer librement de l'argent présent sur leur compte en banque, 1975 pour que la loi Veil entre en vigueur (et non sans peine, jusqu'à aujourd'hui), 1979 pour l'ajout de la mention à la Déclaration des droits de l'Homme (avec un H majuscule, genre on est sexistes mais pas trop) "Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes", article prévoyant des mesures en vue d’éliminer la discrimination à l’égard des femmes dans la vie politique et publique, l’éducation, l’emploi, la santé, le mariage et la famille. Et la liste continue, évidemment. Bref, je ne vais pas vous faire un dessin (je dessine mal qui plus est), mais en plus ou moins 100 ans, les conditions de vie des femmes, en particulier occidentales, ont énormément évolué. 

    Et du coup je vous entends dire : "Bah ouais, je progrès que veux-tu, mais c'est quoi le rapport avec le 8 mars?". Alors déjà si vous vous posez cette question c'est que vous n'avez même pas voulu lire les premières lignes de ce billet. C'est chaud le niveau d'"écoute"... Ensuite le rapport, c'est que malgré toutes ces belles victoires des femmes sur le patriarcat, il reste encore des choses à faire. Aussi bien dans les pays développés que les pays sous-développés. La grande Isabelle Alonso disait en 2001 :

    Tant qu'une seule femme sur la planète subira les effets du sexisme, la lutte des femmes sera légitime, et le féminisme nécessaire.

    Mesdames, messieurs, désolée de vous déprimer mais on est loin de l'égalité. "Ah bon?!" font les étonnés, "Maiiis non, les femmes travaillent, portent des pantalons, se bourrent la gueule le samedi soir, elles baisent à droite et à gauche (hum, les salopes!) et font des métiers de bonhommes, eh oui ma bonne dame."

    haha, LOL, excellent, que de bonnes barres qu'est-ce qu'on s'marre!

    Restons sérieux, et parlons deux secondes de l'égalité. Alors, en mettant entre parenthèse toute cette histoire de "truc pour les hommes" et "truc pour les femmes",  est-ce que socialement parlant, ce que fait une femme a le même impact que ce que fait un homme. J'te le donne en mille cousine : nope.

    Tiens, le premier argument : l'écart salarial H/F. A compétence, poste et temps de travail égaux, les femmes touchent 10% de moins que les hommes et voire jusqu'à 25% de moins lorsqu'elles atteignent de plus hauts postes comme cadres. Pour Christophe Barbier, l'égalité salariale serait un désastre pour l'économie. Ah cool, encaisser en silence pour le plus grand bien, alors que le Glorieux Phallus nous apprend la vie, c'est qu'on fait genre depuis des millénaires, dude, soit un peu original.

    Vous en avez marre de parler des inégalités salariales? OK, parlons de l'éducation ! En 2015, 62,2% des femmes salariées avait un diplôme supérieur au BAC, contre 51,7% des hommes. Vous me direz, "bah, on a de l'avenir professionnel même sans le BAC" et je vous réponds oui. Sauf quand vous êtes une femme évidemment. Du coup restons sur l'éducation. Une récente étude de 2017 montre que dès 6 ans les petites filles se sentent inférieures intellectuellement aux petits garçons. 6 ANS! Une étude PISA de 2015 montre, dans les pays de l'OCDE, que parmi les élèves de 15 ans « très performants » en maths, il y aurait un écart de 19 points entre filles et garçons. Pourquoi me direz-vous? Non pas parce qu'une fille est par défaut nulle en maths, c'est parce que la société dit à une fille qu'elle est par défaut nulle en maths. Du coup, dès le plus jeune âge, elle n'a pas confiance en elle (dans cette matière) et ça ne fait pas des Chocapics, mais des filières scientifiques à majorité masculine. Et pourtant, on a toutes et tous kiffé la Docteur Quinn, femme médecin.

    pardon? comment ça aucun rapport?

    Logiquement, quelques années plus tard, à l'université, seules 14% des étudiantes choisissent un cursus scientifique, contre 39% des étudiants. Mais n'ayons pas une vision trop centrée sur les pays "riches" voulez-vous. Parlons-en, de ces 62 millions de filles dans le monde qui sont tenues bien à l'écart de toute forme d'éducation et d'enrichissement intellectuel. Ce que l'ex-First Lady Michelle Obama (gros cœur sur elle) a tenté de commencer à y remédier en 2015 lorsqu'elle lance son programme d'éducation des filles "Let Girls Learn" soit "Laissez les filles apprendre". Son époux Barack Obama à l'époque président des Etats-Unis d'Amérique annonce un plan d'action de 200 millions de dollars, financés par le pays de l'Oncle Sam et celui de sa Majesté la Reine. La première mission du Let Girls Learn Initiative est d'éduquer 450 000 enfants de la République Démocratique du Congo, ainsi que du Sierra Leone et du Liberia. 

    l'irremplaçable Michelle Obama

    Oh, vous en avez marre de parler d'éducation, alors parlons de violences et mutilations sexuelles. 200 millions de filles dans 30 pays différents sont encore excisées. C'est quoi l'excision me demandez-vous? Eh bien selon le site excision, parlons-en, l'excision c'est l'ablation partielle ou totale du clitoris et des petites lèvres, avec ou sans ablation des grandes lèvres. Visuellement ça donne ça :

    Est-ce que ça fait mal? Bien sûr, bordel de merde.

     A noter que ça n'a rien à voir avec la circoncision chez les hommes. Et bien sûr, comme si se faire mutiler le vagin ne suffisait pas, ce genre de pratique mène bien souvent à de graves infections et même, la mort. Ambiance...

    Comment? Vous avez dit quoi? Vous en avez rien à foutre, on fait pas ça en France? Ah, vous voulez un truc bien français du coup? Eh bien parlons des violences! Une femme meurt tout les 3 jours (du mois, tout les 2,7 jours) sous les coups de son conjoint. En 2014, Europe 1 révélait que 216.000 femmes étaient victimes de violences physiques et/ou sexuelles chaque année, 86.000, ce qui nous ramène à environ un viol toutes les 40 minutes. 96% des personnes violées sont des femmes et 91% des auteurs sont des hommes. Les agressions physiques ou sexuelles sont bien souvent pratiqué par un proche, eh oui, à 74%, la victime connait son agresseur. Pour 100 victimes d’homicides pratiqué par leur conjoint (ou comme aiment l'appeler les journalistes pour une raison qui m'échappe, "crime passionnel") 86 étaient des femmes. Au cours de sa vie déjà semée d’embûches, une femme sur cinq a été ou sera victime physique et/ou sexuelle en Europe

    Socialement la place de la femme a toujours été en quelque part entre les meubles. "Tais-toi, sois mignonne". Nos droits sont tous nouveaux. Je le répète, les plus anciens ont à peine cent ans. Je citerai encore une très grande dame, Simone de Beauvoir (ou Simone la Boss pour les intimes, mais on est pas vraiment intimes elle et moi du coup) :

    N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question.
    Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant.

    Du coup après avoir tergiversé 107 ans, venant-en aux faits. J'ai une dent contre vous.

    J'ai une dent contre ma prof de français qui en rigolant a dit "Bon bah pour le cours du 8, ce seront les hommes qui vont travailler, vu que c'est la journée de la femme".

    J'ai une dent contre mes amis qui me disent "Oh, joyeuse journée de la femme, hihi!"

    J'ai une dent contre ces journalistes qui invitent ces messieurs à "Acheter un présent pour votre moitié car c'est la journée de la femme."

    J'ai une dent contre Jean-Michel capitalisme qui a réussi par je ne sais pas quel moyen à transformer une si belle journée en "Hihihi, rose, hihi fleurs, hihi réduction sur le maquillage, hihi shopping".

    là plus le temps de niaiser, on est carrément dans la "fête de la femme"... wow

    Et par-dessus tout, j'ai une dent contre tout ceux qui disent "journée de la femme", bon sang de bon soir mais qui est donc cette femme pour avoir une journée pour elle toute seule?!

    Remettons les choses au clair, une bonne fois pour toute. Voici deux appellations hautement recommandées pour qualifier le 8 mars : Journée Internationale des Droits des Femmes ou bien Journée Internationale des luttes des femmes pour leurs droits. On vous permet de le raccourcir en "Journée des Femmes" et attention, c'est DES Femmes, au pluriel parce que LA femme n'existe pas. Par contre LES femmes, oui ça existe, c'est même plutôt courant et bien diversifié aussi, du coup ça fait plaisir.

    Et là j'entends Jean-Sébastien Beauf : "Oui mais ça parle, ça parle, mais la journée de l'homme ou du moins, des hommes, elle est où? Pourtant on a milité pour nos droits aussi!". Alors déjà tiens, et ta gueule. Ensuite, chez les hommes y'a ceux qui sont victimes de discriminations et ceux qui n'en sont pas, et pour ces personnes (victimes de discrimination), y'a déjà des journées internationales ou même des mois entiers (coucou le Black History Month, on te veux en France, bisous). Pour les hommes non-victimes de discrimination, je dois vous rappeler que c'est pas une fête mais une commémoration et une manifestation pour nos droits? Concrètement à la Journée internationale de lutte des hommes pour leur droits, il se passe quoi? Du moins, qui ne peut déjà se passer dans un 21 mars par exemple (qui est la journée internationale d'élimination de la discrimination raciale). Pour tout le reste de vos droits durement acquis, y'a le 10 décembre, la journée des droits de l'Homme.

    Du coup là Jean-Seb revient à la charge et me dis : "Ouais, mais on a pas besoin de ça en France!", punaise t'étais endormi ma parole? Bien sûr qu'on en a besoin, on est loin de l'égalité! Est-ce que quand tu te promène dans la rue on t'interpelle ou on t'agresse parce que merde t'a voulu mettre des talons ou du maquillage? On t'a déjà suivi jusqu'à chez toi aucune raison apparente? Juste parce que t'es une nana et que la personne en face t'as jugée "bonne à baiser"? Est-ce que quasiment chaque mois une partie entière de la France décide manifester contre ton droit de faire ce que tu veux de ton corps? Ou alors as-tu déjà pensé à faire une croix sur ta carrière ou avoir une famille? J'suis pas sûre, Jean-Seb. Avec tous les exemples sus-cités, la France est loin en matière d'égalité. 

    Eh puis quand bien même. Quand bien même avec un peu de magie du jour au lendemain les inégalités ont disparues et qu'il s'avérait être le 8 mars, je ne vois pas pourquoi ne pas continuer de célébrer cette date. Car après tout :

    1. C'est censée être une journée commémorative aussi. Se rappeler du chemin parcouru pour pouvoir aller plus loin, même si on est "déjà plus loin".
    2. C'est une journée INTERNATIONALE. Alors en soutien avec les autres femmes toujours piégées dans la boîte du patriarcat, on devrait célébrer le 8 mars et manifester pour les droits des autres. On est dans un monde où on s'influence les uns les autres, n'est-ce pas?

    Du coup moi, cher Papa Noël (c'est très tôt je sais), je voudrais comme cadeau (et tu m'en dois depuis que j'ai genre 10 ans) qu'un peu de bon sens tombe dans l'eau (ou le vin, on est en France), de tous les français et françaises afin que le 8 mars soit enfin vu et estimé à sa juste valeur. Cher Papa Noël, voici donc pour te faciliter un peu la tâche, une liste non-exhaustive de ce que je ne veux plus voir à l'approche de cette journée :

    Du marketing genré dégueulasse (quelques exemples, c'est plus parlant) :

    Des remarques encore plus à la con (parfaitement démontées par Paye Ta Shnek)

    Je ne veux pas qu'une nana me livre ses secrets beauté ou sa recette minceur/bien-être pour me faire plaisir

    Quelques pensées sur le 8 mars

    Ces remarques sur le féminisme que je ne veux plus entendre genre :

    Le féminisme en 2017, ça sert à rien

    Vous avez une journée pour vous, faut pas vous plaindre

    Toute façon, y'a que des mal-baisées/lesbiennes/femens/pingouin tricératops chez les féministes. Toutes des extrémistes.

    Par pitié, arrêtez ça.

    Encore de "bonnes intentions" à la con

    En bref, le fin mot de l'histoire, kékesé? Le 8 mars EST important. D'ailleurs, si vous voulez connaître son histoire, vous pouvez regarder cette vidéo de Arrêt sur Images, hyper instructive. Le 8 mars c'est pas un jour comme ça où vous décidez de faire des tâches estampillées 'femmes" parce "hihi c'est la journée de la femme!". Le 22 mai vous buvez pas du rhum avec pote martiniquais parce que "hihi c'est la célébration de l'abolition de l'esclavage" que je sache, non? S'il vous plaît, ne m'offrez pas de fleurs, de chocolats, de câlins ou une petite gentillesse parce que c'est le 8 mars. JE. M'EN. FOUS. Par contre, offrez-moi des droits, les droits que je mérite, et c'est parfait. Et offrez-moi aussi de l'aide pour les obtenir, mes droits. Ne dénigrez pas automatiquement mes revendications parce que "pfff, c'est bon t'as déjà tout". Ne pensez pas que le féminisme c'est vouloir la supériorité des femmes. C'est stupide. On veut le démantèlement du patriarcat, pas la construction du matriarcat. Et vous savez quoi? Venez manifestez vous aussi. J'ai envie de dire pourquoi pas? Du moment que vous laissez aux concerné(e)s la place centrale, évidemment.

    Parce que même si on passera peut-être pas mal d'autres 8 mars à redire la même chose et à se battre contre les mêmes trucs, au fond, comme dirait notre ami Hollande, le changement, c'est maintenant.Et cette fois-ci, c'est vrai.

    Le féminisme n'a jamais tué personne. Le machisme tue tous les jours. 

    - Benoîte Groult

     _____________________

    Merci d'avoir lu ce billet! J'espère que ce 8 mars-ci signera le début de quelque chose pour enfin avancer plus vite, et dans le bon sens.

    Merci à L'empêcheuse de penser en rond et Paye ta Shnek pour ces publications et pour être des warriors! #TeamBagarre #Empêchons.

    _____________________

    Lisez aussi :

    Le 8 mars n'est pas la journée d'la fâââââmme, c'est la journée DES droits DES femmes par Marie Donzel

    Inégalités des sexes : "Liberté, Egalité, Adelphité" : #DATAGUEULE 71 par France Télévision

    Journée des femmes: la véritable histoire du 8 mars par CNRS le journal


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :