• [Eklabugs] Mais de qui se moque-t-on?

    [Eklabugs] Mais de qui se moque-t-on?

    L'humour, le LOL et autres MDR sont monnaie courante et heureusement, la vie est trop courte pour ne pas péter des barres. Enfin, ça dépend pour quoi, et pour qui. Parce que certains sont plus souvent que d'autres le dindon de la farce. Parlons un peu d'un humour dit... oppressif.

    Si vous lisez mes quelques articles, vous savez que je fais toujours passer mes sombres idioties avec la pilule de l'humour. Des blagues, des jeux de mots ou des GIFs, tout est bon pour marquer une pause dans le billet, souffler et rire un bon coup. Et si vous avez lu les récents articles, vous avez pu remarquer mon penchant militant.

    smash the patriarchy!1

     Du coup la question qui vous taraude l'esprit est sûrement :" Whut? militante au XXIe siècle et ça fait de l'humour? Naaaah", et pourtant, je vous assure que si! Militantisme et humour vont de pair, par contre, il y a des blagues qui ne passent pas, qui ne passent plus. Du coup, parlons-en de cet humour là, l'humour oppressif.

     

    "La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres..." 

    Depuis les terribles attaques de janvier 2015 au siège du journal satirique Charlie Hebdo, le français a décidé de se réapproprier sa liberté d'expression. C'est bien, mais en fait, non. ALORS ATTENDEZ NE PARTEZ PAS TOUT DE SUITE EN BESOGNE. Ce que je condamne, c'est l'abus de cette fameuse "liberté d'expression", sorte de liberté souveraine qui outrepasse toute les autres. Lorsque quelqu'un dit un truc raciste/sexiste/homophobe/etc... il sort sa carte "liberté d'expression" pour se justifier de la merde qui lui sort de la bouche. C'est un peu devenu le "pouce" de la vie d'adulte, quand tu veux esquiver le débat en partant tel un dieu avec un dab par-dessus tout, avec en prime une petite branlette intellectuelle, "haaaanw, je dénonce tellement de choses vraies, je suis censuré, hanwwwww". 

    mythique dab de François Fillon, à jamais dans nos cœurs Fifi

    Sauf que la liberté d'expression n'est pas le joker que tu peux sortir n'importe quand pour te sortir des situations délicates  et espérer être blanchi de tout. La liberté d'expression c'est être libre de sortir tout ce qui te passe par la tête sans pour autant échapper aux sanctions si tes propos ne respectent pas la Loi. Du coup petit rappel selon service-public.fr : 

    L'injure publique est punissable par une amende pouvant aller jusqu'à 12 000 €

    L'injure raciste, sexiste, homophobe ou contre les handicapés, est passible de de 6 mois de prison et de 22 500 € d'amende.

    Du coup les Jean-BoboGauchiasses, j'espère que ça vous a calmé. 

    De plus la liberté d'expression va de pair avec la politesse et le respect. Dire de la merde sous-prétexte que vous avez le droit de dire de la merde, c'est aussi malin que mettre ses doigts dans la prise parce que vous le pouvez.

     

    "Il n'y a pas d'humour innocent"

    Mais dans la vie, il y a des gens subtils. Au lieu d'avoir une attaque frontale et se ranger derrière la liberté d'expression, certains privilégient l'humour du même type, et se rangent derrière le "second degré" ou mieux, derrière Desproges himself et la phrase qu'on lui attribue trop souvent :  "On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde".

    Cette phrase a tellement été utilisée, réutilisée et encore plus utilisée, à tort et à travers qu'elle constitue un "point Desproges" : à un moment où à un autre dans une conversation sur l'humour, tel le point Godwin2, cette phrase sera évoquée afin de donner du poids à son argument. Normalement, après un point Desproges et l'évocation du second degré, la blague oppressive passe comme une lettre à la poste, sous les applaudissements de tout le monde sans rien remettre en question. Parce que oui, ces blagues sont oppressives.

    L'humour, dans beaucoup de cas, c'est sérieux, et ne venez pas me dire le contraire. L'humour est une arme, bien souvent politique, afin de faire passer un message. Tandis que les uns font de l'humour militant, d'autres font de l'humour oppressif, et valident une norme et donc, donnent le champ libre aux discriminations. 

    Le second degré est une belle connerie qu'utilisent les pseudo-libres penseurs pour ne pas assumer le fait qu'ils soient d'affreux connards. Invoquer le second degré, le fait de ne "pas se prendre au sérieux", c'est refuser de voir que la vanne que vous avez sortie est nulle, inutile et blessante. Oui, l'humour pique, la satire pique, mais bizarrement, ce sont toujours les mêmes qui rient, et toujours les mêmes qui sont moqués, pour des raisons absolument horribles. 

    Pour ceux qui connaissent Harry Potter, j'ai une analogie pour vous : vous vous souvenez des Epouvantards? Mais si! Ces créatures magiques qui prennent la forme de ce que vous redouter! Et le seul moyen de les vaincre est de penser à quelque chose de drôle en prononçant la formule "riddikulus!".

    Pour moi, c'est un peu la même chose avec l'humour oppressif. Le rire permet de décrédibiliser une peur ou quelque chose qui nous dérange et minimiser son existence et son impact sur notre vie. Rire des femmes permet de continuer à les discréditer et minimiser leur parole, rire des LGBT permet d'invalider leur existences et leurs droits, etc... Les mots blessent en particulier lorsque vous visez une communauté bien précise. Alors là j'entends toujours les mêmes :" Wouiii, mais faut pas le prendre pour soi, c'est du second degré moi quand on fait une blague sur les blancs je ris, arrête de t'offusquer mdr t'es trop triggered3."

    Sincèrement, arrêtez. Je vais vous apprendre un truc, des gens naissent avec des privilèges et d'autres avec des désavantages. Naître avec la peau blanche dans un pays riche, d'être de sexe et de genre homme et être hétérosexuel sont des privilèges qu'usent (et dont certains abusent même) tout ceux qui ont eu la veine de naître comme ça. Ça passe par des trucs bateaux comme avoir le luxe de se plaindre dans l'espace public sans avoir des "rentre chez toi sale [insérer ethnie/religion/insulte raciste ici] si tu es pas contente" ou prendre n'importe quel oeuvre de fiction et trouver un personnage "comme nous" (sous-entendu blanc, homme cisgenre4, hétéro, neurotype5 et valide) et évidemment, ça passe aussi par l'humour, par les blagues que vous faites sur les minorités opprimées et vous osez ensuite dire que vous n'êtes pas offensé alors ce n'est pas offensant, qu'il faut pas voir le mal partout y'a des combats plus importants à mener et que, de toute façon, ça commence par l'humour et ça finit par la "dictature de la bien-pensance".

    Et petite parenthèse, lâchez moi toutes vos blagues sur les Blancs. Attention, je dis bien les Blancs, pas une nationalité particulière, je parle de toute l'ethnie. Allez, j'attends, pendant ce temps je recense la 129374682ème blague sur les Noirs. Trop des barres...

     

    Si je vous fous une claque dans la gueule et que j'ai pas mal, vous n'avez pas mal non plus du coup? Eh les cocos, mettez votre égo de côté deux minutes et laissez-moi vous dire : si vous ne faîtes pas partie de la communauté visée par cette blague, et qu'une personne qui l'est vous dit qu'elle est raciste/sexiste/validiste6/LGBTphobe7/etc..., vous n'avez AUCUN, je répète, AUCUN, droit d'invalider les propos de cette personne car VOUS NE VIVEZ PAS SON QUOTIDIEN EN TANT QUE MINORITÉ. Prenez l'exemple de la claque : si je vous frappe, ai-je le droit de trouver que je n'ai pas été violente envers vous alors que vous êtes la victime ? Ensuite, ne me tenez pas la main dans mon militantisme. "Y'a d'autres combats plus importants..." ah ouais? Ca commence par une blague, puis une remarque déplacée, puis la haine décomplexée. Ne croyez pas que je monte en besogne trop vite, l'humour oppressif c'est juste la première marche de l'escalier du rejet, et plus il est légitimé et pratiqué, plus l'escalier est facile à grimper.

    L'humour sert aussi à vous attirer l’approbation d'un groupe de personne... et en exclure d'autres. En faisant une blague vous allez montrer ce qui est acceptable ou pas dans un groupe . Le blagueur, si il réussit à faire rire tout le monde, aura le pouvoir. Mais un opposant sera tout de suite lynché car il refuse de donner le pouvoir, osons le dire, la domination au blagueur. Si tu ne ris pas, tu ne sais pas ce qui est drôle, mais moi je le sais, donc, je suis supérieur à toi. C'est exactement ce que la société fait avec les minorités, tout le temps tous les jours. Elle sait "mieux que nous ce dont on a besoin".

    Pensez à ce cas : vous faites une blague raciste dans un groupe composé de personnes blanches et une personne non-blanche. Tout le monde va se fendre la poire, ahaha qu'est-ce que t'es con Philippe, mais la personne non-blanche dont la communauté a été visée par cette blague rit jaune : si elle ne rit pas, elle est exclue d'office du groupe car "pas d'humour", "rooh lala, c'est bon c'est du second degré, desserre les fesses" et si elle rit, ça validera votre opinion comme quoi c'est juste une petite blagounette qui ne fait de mal à personne, et quand là une personne s'offusquera, vous aurez le fameux "mon ami non-blanc a rit, c'est bon retire ton balais de ton cul...". 

    Mais je vous rassure, manquer d'humour n'est pas rependre Jean-René quand il nous ressort son énième comparaison entre les femmes et la pizza, ahaha des barres. C'est justement refuser une norme. Refuser que la femme soit toujours le paillasson sur lequel les dominants s’essuient les pieds. Et remettre l'autorité des dominants en question, c'est un combat, c'est du militantisme. Et d'ailleurs rire à la blague n'est pas non plus une trahison de lèse-majesté. Juste que vous avez validé cette blague même si elle est raciste, mais votre jugement ne vaut rien face à une autre personne. Pourquoi un avis devrait l'emporter sur l'autre?

    "Ouais blablabla, le politiquement correct c'est vraiment de la merde, vite, Marine !"

    Je grossis un peu le trait, mais restons sérieux, tu peux voter Hamon et sortir la même merde, c'est sûr. Alors déjà le "politiquement correct" c'est de la connerie. Défendre son droit à ne pas se faire traiter comme de la merde c'est du politiquement correct? Bizarre, j'appelle ça.. j'sais pas moi, un droit fondamental?

    les mêmes droits pour tous, bordel!

    C'est quand même chaud qu'on soit en 2017 et qu'on doive expliquer encore à Paul que non, cette blague sur le petit cul de la secrétaire c'est pas drôle, en particulier devant les autres et devant elle, redire encore à Michel que non, il ne suffit pas "d'un bon coup de bite" à Marianne pour "filer droit" et ne plus être attirée par les femmes. C'est pas drôle. C'est relou, vous êtes la centième personne à faire cette blague, vous validez une norme oppressive en faisant cette blague et en vous marrant malgré les remontrances des personnes concernées. Non c'est pas être coincé, c'est avoir du respect et reconnaître que l'oppression passe par les mots, les mots blessent oui, les blagues aussi et des gens se sont déjà suicidé à cause d'une "blague". Non ce n'étaient pas des fragiles, ils avaient juste ras le bol de toujours être la blague de tout le monde.

     

    "Faites l'humour, pas la guerre"

    Pourtant à contrario de tous les sobriquets que vous voudrez bien m'affubler, je suis une grande consommatrice d'humour. L'humour est une arme comme je l'ai déjà écrit, qu'on peut utiliser pour blesser ou se défendre ou dénoncer. Dans les milieux militants aussi, entre deux castrations de mâles blancs privilégiés gifs de chatons trop mignons, on échange aussi des blagues militantes, visant à dénoncer une tare dans notre société, par le biais de l'humour. C'est exactement ce que fait le brillant américain Aamer Rahman dans un sketch tiré de son one-man show Fear of a Brown Planet consacré au "racisme anti-blancs".

     

    Les satires et les caricatures, l'humour militant, celui qui dénonce en nous faisant rire, celui qui nous fait cracher un "ah, mais en vrai il a raison", est une arme puissante contre les injustices et les discriminations subies par les minorités opprimées comme l'a brillamment montré le collectif féministe 52 au début de cette année en détournant avec brio la photo de l'actuel Président des Etats-Unis, Donald Trump, signant un décret anti-avortement.

    Lasses de toujours voir des gens pas du tout concernés par la grossesse (les hommes cis) décider de ce qui est bon pour leur corps, ce collectif féministe français a remplacé tous les hommes par des femmes sur l'image du 45ème Président des Etats-Unis en train de signer ledit décret. Donald Trump, ici remplacé par Hillary Clinton, signe un décret fictif sur une "interdiction d'éjaculer hors procuration". L'idée a d'ailleurs été "reprise" par une élue démocrate de la Chambre des Représentants au Texas, Jessica Farrar, qui propose d'interdire la masturbation dans son état. Une loi bien entendu fausse pour dénoncer les dispositions prises par les anti-IVG.

    brillant, tout simplement, brillant.

    Pour vous la faire un peu courte dans cette dernière partie, je n'ai aucun pouvoir sur vous à par mon petit blog de rien du tout que vous lisez périodiquement. Je vais pas vous forcer à ne jamais rire d'aucune blague sexiste, raciste, homophobe, etc..., ou en faire, juste, je voudrais vous demander de ne pas invalider le ressenti d'une personne concernée sur la question. Si la personne vous dit que votre blague est raciste, surtout si c'est votre pote, pourquoi vous voulez mettre cette personne dans une situation d'inconfort où elle doit rire contre son gré ou se faire "bannir" de la conversation. Pour moi, la moindre des chose est de présenter ses excuses. Et je sais que l'orgueil brûle (surtout en France, bon sang...) mais croyez-moi pour l'avoir vécu, ça vous change une journée. Et puis surtout, vos blagues ne sont pas toujours drôles. Et pourtant j'suis bon public.

    Et pour en revenir à la fameuse phrase "on peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui", je suis d'accord à 100%. On peut rire du cancer, se fendre la poire sur le viol ou délirer sur la montée inquiétante du Front National, mais pas avec une personne qui ne VEUT PAS en rire. L'humour c'est aussi basé sur le consentement. On ne doit pas forcer quelqu'un à rire, surtout si c'est une blague qui l'a vexé. Je trouve qu'on vit dans un monde bien trop absurde pour taper toujours sur les mêmes personnes qui se font défoncer tous les jours par la société. Faites-moi une faveur, trouver vous un autre souffre-douleur.

    Et alors que cet article touche à sa fin, j'aurais aimé finir sur une petite phrase de paix, d'amour, de licorne et d'égalité réelle. "Sois le changement que tu veux voir dans le monde" disait Gandhi. Le changement passe par les petites choses, par les petites révolutions, par les petites remises en question. Les mots ont un poids, un sens, et l'humour est une arme que l'on peut utiliser pour achever des blessés ou se battre à leurs côtés. Alors, Françaises, Français, moi présidente, je vous propose de rire avec nous, les minorités dominées, écrasées par une société patriarcale, machiste, raciste, LGTBphobe, validiste et psychophobe, au lieu que vous vous moquiez encore et toujours de nous comme toute la planète l'a fait depuis des générations. Je vous propose donc d'utiliser avec bienveillance ce conseil : de rire de tout, mais pas avec n'importe qui et surtout d'avoir l’amabilité de comprendre l'Autre parce que c'est comme ça qu'on se comprend soi-même.

     

    _____________________

    Cet article a été rédigé pour les 21e Eklabugs. Depuis le temps que je l'attendais ce thème, j'espère ne pas vous avoir déçu(e)s! L'article a l'air un peu gros, je suis désolée pour ceux qui ont la flemme, haha. J'ai utilisé d'un langage un peu technique dont quelques termes qu'on retrouve pas souvent en dehors de la sphère militante, alors si vous ne comprenez pas, lisez le lexique en bas ! :)

    Un peu plus blabla, cet article a été l'occasion pour moi d'aborder un thème pas très joyeux mais pourtant essentiel, celui de l'humour oppressif. En 2017, on est loiiiiiiin de l'égalité entre nous, et même si avance lentement mais sûrement, on est pas aidé! Du coup je vous invite à lire le billet de Denis Colombi, "L'humour est une chose trop sérieuse" sur son blog Une heure de peine! J'espère vous avoir parlé à travers ces quelques mots, comme d'hab, allez lire ce que font les autres participants  et à la prochaine sur ce blog!

    _____________________

    Lexique :

    [1] Smash the patriarchy : Détruisons le patriarcat! Phrase courante dans les milieux féministes.

    [2] Point Godwin : Selon le type qui a donné son nom à cette "théorie", lorsqu'un débat s'éternise (ou pas) et que l'une des deux parties veux obstinément avoir raison, elle mettra inévitablement un argument relatif à la Seconde guerre mondiale et à l'Allemagne nazie. Sur Internet, dès qu'un point Godwin est atteint, la partie l'ayant balancé est immédiatement discréditée.

    [3] Triggered : De l'anglais "to trigger" qui veut dire déclencher. Afin de préserver les personnes conservant un traumatisme d'un événement désagréable comme un viol, les milieux militants ont mis en place le "trigger warning" (écrit TW) qui prévient la personne du contenu d'un article ou d'une photo. Cette pratique a été reprise par les trolls d'Internet pour tourner en ridicule un personne qui s'afflige du sexisme, du racisme, etc...

    [4] Cisgenre : Le genre étant une construction sociale sans aucun rapport avec le sexe (organe biologique mâle ou femelle si on a de la chance), une personne cis-genre, à l'inverse d'une personne transgenre est une personne dont le sexe et le genre sont en adéquation.

    [5] Neurotypique : Une personne neurotypique est une personne n'étant affectée d'aucun trouble du spectre autistique.

    [6] Validiste : Oppression envers les personnes en situation de handicap.

    [7] LGBTphobe : Toutes discriminations et oppressions envers les personnes LGBT+

    _____________________

    Lisez aussi :

    Eklabugs Avril 2017 : L'humour, qu'est-ce que c'est ? par Nienor

    Projet Eklabugs : Humour toujours par Eyael_

    Eklabugs - Comédie française par #Yuki


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 4 Mai à 02:37

    Hé bé, tu en avais des choses à dire. Très intéressant et je te rejoins sur beaucoup de points. Ceci dit, mis à part que j'ai beaucoup apprécié ton article intelligent et appris quelques trucs au passage, je trouve que ça manquait justement un peu ... d'humour. Mais je ne vois pas comment on pouvait parler des dérives de l'humour autrement. La moquerie est une forme d'oppression. Si tu as lu mon article tu auras noté que je fais la distinction entre le vrai humour qui vient du coeur et l'humour détourné ou faux humour. Un peu comme on fait avec l'amour. Il y a l'amour qui vient du coeur et qui veut le meilleur pour l'autre/les autres et l'attachement qui est lié à l'ego et vise à combler les manque. Et comme humour et amour sont très proche, pas étonnant que moquerie et haine dont tu nous a parlé le soient aussi. Preuve que le langage a une importance capitale. Il devrait y avoir des mots différents pour chaque. Et voilà vers quoi on va avec le "novlang" ou l'appauvrissement du langage. Non, non, je ne fais pas de pub pour le prochain thème. Non, non, je n'essaie pas d'influencer les votes he

      • Dimanche 7 Mai à 19:35

        Ouais, pour une fois j'ai pas fermé ma bouche, haha. Merci d'avoir lu! J'avoue que j'ai manqué d'humour mais j'arrivais pas à faire des vannes dessus. :/ Malheureusement la moquerie tend de plus en plus à remplacer le vrai humour.

        Et bravo la manipulation des votes pour le thème du langage, comme je suis un mouton je suis obligée d'aller voter pour ce thème. Elle est belle la démocratie. xD

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :