• Cinder (Les Chroniques Lunaires T.1), ou l'excellent conte de fée revisité

    Cinder (Les Chroniques Lunaires T.1)

    Ma note : 14/20

    Fiche Technique

    Titre : Cinder

    Genres : [Young Adult] Dystopie, Révolution, Action, conte de fée revisité, Post-Apocalyptique, guerre,  amour & amitié, fantastique, science-fiction

    Auteure : Marissa Meyer

    Année : 2013

    Pays d'origine :  Drapeau des États-Unis Etats-Unis

    Nombre de pages : 414

    Adapté : Non

    Synopsis: Humains et androïdes cohabitent tant bien que mal dans la ville de Néo-Beijing.

    Une terrible épidémie ravage la population.

    Depuis l'Espace, un peuple sans pitié attend son heure... Personne ne s'imagine que le salut de la planète Terre repose sur Cinder, brimée par son horrible belle-mère. Car la jeune fille, simple mécanicienne  mi-humaine mi-cybiorg, détient sans le savoir un secret incroyable, un secret pour lequel certains seraient prêts à tuer...

     

    Connaissez-vous l'histoire de Cendrillon? Techniquement oui. Que ça soit Disney ou vos parents avant de dormir, vous avez forcément entendu parlé un jour de l'histoire de cette jolie blonde qui, une fois les coups de minuit sonnés, a dû rentrer fissa en perdant une pantoufle de verre (oui de verre, j'insiste), sur son passage. Quelque soit la version que vous avez lue ou vue, les éléments caractéristiques du conte ne changent pas. Bien. Maintenant, parlons de Cinder, le premier tome des Chroniques lunaires. Si vous me connaissez un peu, vous savez que j'aime les dystopies young adult et les scénarios un peu tirés par les cheveux qui sortent de l'ordinaire. Et si vous aimez ce que je lis, vous n'allez pas être déçu.

    Des années et des guerres mondiales après notre ère, à Néo-Beijing (ou New-Beijing), la capitale reconstruite de la Chine (maintenant appelée, avec toute l'Asie, la Communauté orientale), vit Cinder Linh, la mécanicienne la plus réputée du coin. Cependant, malgré l'estime que les gens peuvent bien porter à son talent, ceux qui la connaissent un peu ne l'apprécient pas du tout. En fait, Cinder a un petit secret, c'est un cyborg. Et pour une raison qui m'échappe un peu, là-bas, être un cyborg, c'est ne pas être vu comme une personne à part entière. La preuve : Cinder est officiellement la "possession" de sa belle-mère Adri, au même titre que ses kimonos hors de prix ou le hover avec lequel elle veut emmener ses deux filles Peony et Pearl au bal impérial.

    really?!

     Bref, le quotidien de Cinder n'est pas rose du tout. Entre son boulot éreintant de mécano, sa belle-mère tyrannique et sa fille Pearl qui marche dans ses traces, le mépris des voisins et tout simplement sa condition de cyborg, c'est vrai que c'est pas trop la teuf.

    C'est cependant, en s'offrant une petite joie - changer son pied robotique qu'elle a depuis qu'elle est devenu un cyborg - que Cinder rencontre Kaito (Kai pour les intimes), l'actuel prince de la Communauté orientale. Bien sûr, c'est une dystopie basique, il est hyper beau gosse, gentil et tout, bien dans sa tête, etc, etc... Bref. Donc le prince Kai apparaît à son échoppe et lui demande de lui réparer Nainsi, son androïde. Evidemment, Cinder accepte. Peu après le départ de Son Altesse, c'est la panique au marché, alors qu'une femme montre les premiers signes de la létumose, la pandémie mortelle qui terrorise tous les habitants depuis un petit moment. En rentrant, elle découvre ses sœurs (les filles d'Adri), Peony et Pearl en pleine séance d’essayage de robe pour le bal au palais de sa Majesté. Adri lui fait bien comprendre que, hein, faut pas déconner non plus et que l'espoir fait vivre mais toi j'te conseille de crever dans la boue. En d'autre termes, Cinder est de corvée de réparer le hover et décide d'aller à la décharge trouver une courroie magnétique, et Peony décide de l'accompagner (et de fangirler ensemble sur le MAGNIFIQUE prince Kai). 

    Prince Kai oui c'est bien lui le prince Kaaaaaaaiiiiiito ! Quel physique, c'est magnifique il est charmaaaaaaaaant!

    (rooh ça va, c'pas le même Disney mais je fais ce que je veux)

    Cependant, déso Cinder mais tu es le personnage principal d'une dystopie, et comme si ta vie n'était pas assez nulle comme ça, on en rajoute une couche. Et bien entendu, c'est sur ta sœur et amie que le karma se venge. Oui vous avez bien compris, Peony contracte à son tour la létumose. Je vous rappelle que cette maladie tue quelqu'un en une semaine hein, et y'a aucun vaccin et aucun cas de guérison. LE. FUN. Ajoutez à tout ça la reine lunaire, Levana qui décide de descendre de son satellite pour quelque peu forcer la main à la Communauté orientale. P'tit rappel, les Lunaires - qui sortent de la Lune, et pas du cuissot de Jupiter - ont la capacité de manipuler les cerveaux humains (j'vous laisse l'explication scientifique à découvrir dans le bouquin). Ah, on me dit dans l'oreillette qu'on m'annonce beaucoup de déboires à nos personnages. Mince.

    triste :'(

     Ce premier tome des Chroniques lunaires, même si j'ai pris environ un mois à le lire, se dévore rapidement. L'histoire est vraiment bien amenée, l'écriture est fluide et plaisante. Je reproche à Cinder à peu près ce que j'ai reproché à Red Rising : ses twists (événements) hypers prévisibles [SPOILER] liste non exhaustive : la mort de Peony, que Cinder soit la princesse Sélène et que le docteur soit aussi un lunaire [/SPOILER]. Cependant, à l'instar du premier tome la trilogie de Pierce Brown, Cinder n'est pas lent et irrégulier. Tout est constant avec des sursauts d'intrigues jusqu'au gros cliffhanger de la fin.

    Un autre point négatif, c'est sûrement la love-story toute pétée entre Kai et Cinder. 'Fin, déjà les romances dystopiques m'ont toujours ennuyées, mais là c'est vraiment moyen. Je ne donnerai pas la note de cliché/20, mais on s'y rapproche un peu.

    D'ailleurs, en parlant de personnages, globalement, j'en apprécie bien certains. Cinder n'est ni nunuche ni pessimiste. Elle rêve de liberté ce qui est totalement compréhensible et ne fourre pas trop son nez dans les affaires des gens. De toute façon, au stade où elle en est, ce sont les affaires des gens qui se fourrent d'eux-même dans son nez. J'en connais deux ou trois qui la trouvent trop soumise, eh bien c'est normal. Cinder n'est pas vraiment une citoyenne de Néo-Beijing comme les autres. Techniquement, Adri la possède comme on possède une chaise ou un kimono. C'est son objet, et elle peut faire ce qu'elle veut d'elle sans que rien ne lui arrive. Donc même si Adri est la pire des mégères, elle reste sa tutrice et elle et ses filles forment pour Cinder un semblant de famille, en tout cas, un endroit où rentrer. Je pense qu'elle ne veut pas perdre ça. Mais vous inquiétez pas, elle aura deux ou trois occasions de remettre sa méchante belle-mère à sa place. Son évolution a été pas trop mal, même si c'est dans les 3 dernières pages qu'elle a été boostée.

    En parlant d'elles (Adri, Peony et Pearl), c'est difficile de parler de ces personnages qui m'ont un peu agacée. J'avais un minimum de sympathie pour Peony quand même, mais du début à la fin, elle ne m'a pas tapé dans l’œil. Et au niveau de la belle-mère et sa connasse d'autre fille, bof. Personnages creux qui ne servent qu'à brimer Cinder. Next.

    Mettons fin au suspense de suite : mes trois personnages préférés sont Iko, Kai et le docteur Dimitri Erland. Pour commencer, je n'ai pas vraiment d'argument pour vous montrer la génialité de Iko. Ce petit robot est juste excellent, drôle, mignon, même charismatique. Coup de foudre littéraire me dit-on dans l'oreillette. Hum, c'est bien ce que je pensais.

    Pour Kai, c'est plus complexe. Déjà parce que j'ai eu énormément de mal à m'enlever l'image du VOCALOID du même nom de la tête, et ensuite parce que malgré cette love-story dégueulasse, son caractère m'a plu. Il a du courage [SPOILER] il a perdu son pater, a déprimé deux secondes et a du prendre le pays en main, alors qu'il est jeune et inexpérimenté, avec la menace des Lunaires, chapeau [/SPOILER], il ne manque pas de répliques croustillantes (surtout des bien senties pour la reine Levana, le top du top) et il est plutôt sympa. CEPENDANT, même si je l'aime bien, j'attends énormément de lui dans Scarlet, parce qu'il y a des choses que je ne pardonne pas.

    Le Dr Erland est définitivement mon préféré. Vieux monsieur énigmatique, lui aussi avec quelques punchlines bien servies et un savoir passionnant à lire. A part Cinder, pour moi c'est le personnage le plus développé dans ce tome. Sa petite background story est assez touchante même si j'ai deux ou trois petites idées et théories dessus. J'aurais bien aimé qu'il devienne le papa que Cinder n'a jamais eu.

    Pour finir, parlons des Lunaires. Honnêtement, les grands méchants de l'histoire ne m'emballent pas trop. Voire pas du tout. Levena est tout simplement emmerdante. Alors oui, c'est vrai que l'écriture de Marissa Meyer arrive quand même à rendre ce personnage un peu menaçant, mais j'avais vraiment une impression de déjà-vu cliché en la lisant au fil des pages. La manipulatrice fourbe belle comme un cœur, mouais, j'en connais deux ou trois, c'est vrai. Pour  le reste de sa clique, ils sont tellement prévisibles ou absent qu'on ne va pas en parler. Mention spéciale à Sybil Mira qui m'a donné envie de remater Psycho-Pass juste à cause de son nom (bon ok ça s'écrit un peu différemment mais chut). J'en attends énormément d'eux, j'espère qu'ils chopperont des personnalités entre temps.

    Conclusion, ce premier tome des Chroniques lunaires m'a vraiment bien plu. Ça se lit bien et se comprend facilement. Des personnages légèrement réchauffés et des intrigues facilement devinée, mais Cinder se débrouille. J'espère qu'avec la fin qu'on m'a servie, j'aurais droit à un second tome plus mouvementé et des personnages qui se creusent et s'approfondissent. Mais en tout cas, c'est rien qu'avec le premier tome, je suis déjà séduite. Maintenant Marissa Meyer, surprends-moi!

    Ma note : 14/20


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Mars à 20:27

    ça me donne vraiment envie de le lire, surtout que j'aime beaucoup l'histoire de cendrillon et en plus s'il y a un univers dystopique, science-fiction c'est encore mieux !

    J'avoue que pour Kai, ça fait trop penser à Kaito le vocaloid x'D !! Je vais avoir du mal moi aussi à me défaire de cette image-là, je le sens xD

      • Mardi 14 Mars à 01:16

        Fonce, tu ne vas pas regretter. J'ai pas encore lu Scarlet, le tome suivant (pas assez de temps ><), mais d'après mes amies il est encore meilleur!

        Et concernant Kai, c'est encore pire quand tu connais la chanson Romeo and Cinderella. xD Elle revient dans ta tête et elle te lâches plus! XDD

      • Mardi 14 Mars à 16:12

        Faut que je le trouve dans une bibliothèque pour le lire xP

        Ah oui j'avais pas pensé à cette chanson !!! Elle ne va plus me quitter maintenant xD

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :